Gradlon, Roi de Cornouaille

Gradlon, roi mythique ou roi historique

Le roi Gradlon aurait été l’un des premiers rois bretons de Cornouaille. Jusqu’au Ve siècle , l’actuelle Bretagne, la « petite Bretagne » par opposition à la Grande Bretagne, étaient peuplée par des peuplades gauloises appelées Osismes, Coriosolites, Vénètes, Redones ou encore Namnètes. Les Bretons, eux, occupaient l’île de Bretagne, l’actuelle Grande-Bretagne. Ce n’est qu’au Ve siècle que les Bretons viennent peupler l’Armorique. Gradlon ferait partie des toutes premières générations de Bretons arrivés en Bretagne. Les historiens s’accordent en général pour le considérer comme un Roi légendaire mais plusieurs généalogies des rois de Bretagne écrites au Moyen-Age, à l’exception notable de la célèbre Histoire de Bretagne de Geoffroy de Monmouth, le place en successeur. De notre côté, nous le trouvons bien trop présent dans la patrimoine populaire et légendaire breton pour douter de son existence !

Gradlon, symbole toujours vivant pour la ville de Quimper

Les Quimpérois n’ont jamais oublié Gradlon. Il est partout dans les noms de rues, d’hôtels, de crêperies. Il est surtout présent entre les flèches de la cathédrale de Quimper. Les Quimpérois ne l’ont pas oublié quand il s’est agi de terminer la cathédrale au XIXe siècle sous l’égide de l’architecte Joseph Bigot. Il veille depuis majestueusement sur sa bonne ville de Quimper, surplombant tout le centre ville.

L’image du Roi en Bretagne

Il est notable de voir la différence de traitement dans l’héritage populaire entre Gradlon et sa fille Dahut. Il n’est qu’à voir les représentations que l’on a de l’un et de l’autre. On trouve Gradlon sur des vitraux, sur des statues, traité comme un personnage historique qui a bel et bien existé. Dahut inspire largement les illustrateurs actuels sous le crayon desquels elle apparaît comme une figure purement mythologique. Cette différence de traitement n’est pas le fruit du hasard, elle est l’héritage directe de la mythologie celtique. Les héroïnes féminines représentent toujours l’archétype de la déesse mère, la « Dame blanche », la « femme de l’autre monde » (voir notre page sur Dahut). Les Rois, en revanche, sont des personnages bien réels, certes romancés mais correspondant aux personnages des rois celtes. On trouve toujours dans la mythologie celte une dualité d’hommes homme/druide et une unité femme avec l’image de la déesse.