10 ans de la Vallée des Saints

Retour à la Vallée des Saints pour une après-midi de dédicaces dans la nouvelle boutique flambant neuve de la Vallée des Saints. Comme d’habitude, de belles rencontres et toujours le même plaisir de partager avec les visiteurs de ce site exceptionnel. Malgré l’importance de l’événement qui fait courir de droite et de gauche, l’accueil de l’équipe de permanents du site et en particulier de Stéphanie Le Bras est toujours chaleureux et plein d’attentions.

L’important pour nous ce jour-là n’était pas tant Voyage en Terre d’Ys que l’événement que tous étaient venus célébrer, les dix ans de la Vallées des Saints. La pluie s’était malheureusement invitée pour l’après-midi mais nous a épargnés pour le premier point d’orgue de la journée, l’arrivée de la statue de Saint-Piran au terme d’un long voyage qui l’a vu arriver à Paimpol le 12 mai par la mer puis accompagnée par des agricultrices tout au long d’un périple à travers la Bretagne qui a touché à sa fin ce 27 juillet à 19h à Carnoët. Le cortège formé de plusieurs attelages, du bagad de Bourbriac, de la statue elle-même tirée par pas moins de cinq chevaux puis enfin de motards venus pour la bénédiction des motards qui aura lieu un peu plus tard, a été accueilli par une foule nombreuse que la pluie de l’après-midi n’avait pas découragée.

 

Le grand repas servi pour 500 personnes a été l’occasion de célébrer dignement l’événement. Le Président de la Vallée des Saints, Philippe Abjean, a donné un discours rétrospectif émouvant et fort, rappelant l’accueil frileux reçu par le projet à son lancement avec l’actuel directeur du site, Sébastien Minguy. Il a rappelé comme tout dans ce projet allait à l’encontre de l’époque, qu’il s’agisse du caractère celte et chrétien de la Bretagne ou du choix de les magnifier sous une forme si éloignée des formes d’art à la mode, des statues en granit ! Solidement ancré dans ce qui fait la Bretagne, c’est au peuple qu’il a parlé et qui lui a permis petit à petit de gagner l’engouement de tous.

Se réapproprier notre héritage pour le retransmettre aux générations suivantes. Nous sommes des passeurs.

Philippe Abjean, président de la Vallée des Saints

Philippe Abjean a rappelé comme l’unanimité s’est faite peu à peu autour de ce projet fou, retournant un par un  les sceptiques. Là se trouve une part du génie breton car un projet comme la Vallée des Saints n’est ni le seul ni le premier en son genre. Les Vieilles Charrues ou la société Brittany Ferries sont faites du même bois. Des entrepreneurs authentiques mus par des convictions et l’envie de faire de grandes choses pour la Bretagne ont su mener à bien des tâches qui étaient condamnées par tous à rester l’état d’élucubration de doux rêveurs. Car de doux rêveurs, ils n’en étaient pas, comme l’a bien résumé Christophe Mathieu, directeur général de Brittany Ferries venu comme sponsor mais surtout comme lui-même dépositaire d’un projet forgé dans le même acier :

Nous avons besoin de rêves, pas de rêveurs.

Christophe Mathieu, directeur général de Brittany Ferries

Le repas d’ailleurs a lui aussi célébré un projet breton au caractère bien trempé, la société Olmix et son projet « Merci les Algues ». Un bœuf entier, nourri aux algues – entre autre ! – par un éleveur de la région et finalement tourné à la broche toute une journée, a servi de plat de résistance. Le fromage – aux algues également – comme le dessert étaient eux aussi produits localement. Un régal ! Un vrai banquet de fête servi pour 500 personnes sans rien qui puisse rappeler  de près ou de loin la nourriture industrielle. Un grand merci aussi à tous les bénévoles qui ont assuré un service impeccable malgré le nombre !

 

« C’est un petit peu l’histoire de la ville d’Ys »

Une émission de France Culture dont nous vous proposons ici le podcast, va à la rencontre des Sénans pour qui la submersion de leur île n’est plus une hypothèse improbable depuis la terrible tempête du 10 mars 2008. La comparaison avec l’histoire de Dahut et de Gradlon vient immédiatement à leur esprit lorsqu’ils envisagent la disparition de leur île.

Voilà une belle émission de France Culture issue de la série « L’heure du documentaire » par Irène Omélianenko sur l’île de Sein qui nous plonge entre légende et réalité. La montée des eaux menace réellement l’île de Sein. Aujourd’hui, ce ne sont pas les péchés de Dahut mais ceux de l’humanité incapable d’adapter ses habitudes de surconsommation, qui risque de produire de nouvelles submersions, à Sein ou ailleurs comme aux îles Tuvalu dans le Pacifique.

Top départ !

Ca y est, nous avons reçu notre premier tirage : 250 exemplaires flambant neufs, grâce à Agence J à qui l’on doit la maquette et l’imprimerie. C’est un début, nous espérons bien qu’ils seront suivis de nombreux retirages !

Le livre étant en ligne sur Amazon et Fnac , il restait à passer une première épreuve du feu : la présentation du livre aux librairies autour de Quimper. Comme on pouvait s’y attendre – car les libraires sont des gens bien ! – nous avons été toujours très bien accueillis, bien que passant à l’improviste, un samedi qui plus est, sous le ciel bleu de Bretagne. Résultat des courses, Voyage en terre d’Ys est désormais présent dans 8 points de vente au plus près des origines à Quimper, Locronan et Chateaulin !

Ravy, 10 Rue de la Providence, Quimper

Perticoz (anciennement La Maison de la Presse qui a toujours l’enseigne), 4 rue Saint-François, Quimper

La Procure, 5 Rue Amiral de la Grandière, Quimper

Coop Breizh, 16 Rue Élie Freron, Quimper

Hôtel Gradlon, 30 rue de Brest, Quimper

Librairie Celtique, Place de l’Église, Locronan

Maison de la Presse, 1 Quai Jean Moulin, Chateaulin

Leclerc, Place Kerjean, Chateaulin

Merci à eux pour leur accueil et leur confiance !